Interview de Matthieu Vissio

Peux-tu te présenter aux supporters dunkerquois ?
Bonjour à vous, donc je suis Matthieu Vissio.
Je suis originaire de la côte Basque et d’anglet plus précisément.
J’ai découvert le hockey par le biais de mon père qui est un ancien joueur. J’ai également un frère jumeau qui s’appelle Pierre, qui joue lui aussi en D1 aux Yétis du Mont-blanc. Je suis un passionné de sport en général, que ce soit les sports de glisse, le vélo et bien évidemment le Hockey que je pratique depuis que j’ai 4ans.

JPEG - 122.9 ko

Tu es toujours resté à Anglet, qu’est-ce que ça fait de quitter ta région et ton club ?
Et bien pour l’instant je ne réalise par trop les sentiments que je vais ressentir au mois d’août quand je vais arriver à Dunkerque .Mais c’est évident que ça va me faire bizarre de ne plus prendre le chemin de la patinoire d’anglet que je fréquente depuis tant d’années, ainsi que tous les souvenirs que j’ai là bas. C’est un tournant dans ma carrière, un nouveau départ comme on dit, donc maintenant je vais me tourner vers le futur en essayant qu’il soit le meilleur possible.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Dunkerque ?
Comme tu l’as dit dans la question précédente, je suis resté à Anglet toute ma carrière.
J’ai le sentiment que c’est le bon moment pour moi de partir d’anglet après le titre pour un nouveau challenge. J’ai choisi Dunkerque parce que le projet présenté par Antoine Richer m’a plu, et comme on m’a toujours parlé en bien du club je n’ai pas hésité longtemps.

Tu es souvent venu jouer à Dunkerque ces dernières années, quels souvenirs gardes-tu de l’ambiance ici ?
Le froid !! C’est une patinoire qui est très froide c’est le premier souvenir qui me vient à l’esprit.
Sinon plus sérieusement c’est une petite glace et le jeu pratiqué est toujours rapide et engagé en plus de la fanfare qui met une ambiance de malade pendant tous le match. Donc oui en étant l’équipe visiteur c’est assez compliqué de venir jouer dans cette patinoire, on arrive à peine à se parler sur le banc tellement il y a du bruit. Ça donne une énergie terrible et encore plus quand ils entonnent « les yeux d’Émilie » on était quelques uns à ne pas être insensible à cette musique et surtout l’ambiance de cette patinoire.

JPEG - 239.4 ko

Quelle image a le club de Dunkerque vu de l’extérieur ?
J’ai une bonne image du Club, car on m’en a toujours parlé en bien. Que ce soit de Mathieu Cyr ou de Léo Bertein leurs expériences à Dunkerque c’est avant tout beaucoup de bon souvenirs.

Quel style de joueur es-tu sur la glace et dans le vestiaire ?
Je suis un joueur d’impact comme on dit aujourd’hui. J’aime mettre de l’intensité sur la glace, harceler les adversaires à chaque présence pour provoquer des erreurs de leurs parts.
Sinon dans le vestiaire je suis plutôt quelqu’un de bon vivant, j’aime quand il y a de la vie dans un vestiaire je trouve ça important.

Quels défis t’es-tu fixé pour la saison prochaine ?
Je me fixe pas forcement d’objectif quantitatif, mais plutôt de jouer au meilleur de moi-même à chaque match, d’aider l’équipe le plus possible chaque samedi soir.

En tout cas j’ai hâte de rencontrer mes nouveaux coéquipiers, le staff mais aussi les supporteurs, pour pouvoir vivre cette ambiance survolté en étant dans l’équipe locale. J’attends le mois d’Août avec impatience, à très vite.

facebookCommentaires
Commentaires